Chapitre 1 et 2

Publié le par Phunkdified

Chapitre n°1 : la conduction et la transmission des messages nerveux.
Problème : Comment le message nerveux est-il véhiculé dans l'organisme ? Quels sont ses  caractéristiques ?

I Le système nerveux permet à l'organisme de répondre rapidement aux changements de son envirronement.

Le système nerveux est composé de deux centres nerveux : la moelle épinière et l'ancéphale. Ces centres nerveux sont reliés par des nerfs à des récepteurs sensoriels (yeux ...). Ils sont aussi reliés à des effecteurs. Les recepteurs sensoriels sont sensibles aux stimulis. Quand ces récepteurs sont stimulés, il y a naissance d'un message nerveux transmis par un nerf sensitif (ou afférent). Ces messages sont être intégrés et vont créer un nouveau message nerveux, ce message va être transmis aux organes effecteurs par l'intermédiaire de nerfs appelés efférants ou moteurs.

La perception de la douleur trouve son origine dans la stimulation de récepteurs (appelés nocipteurs) situés dans la peau, les muscles, les articulations et les vicères.

Problème : Comment le message peut-il être propagé dans l'organisme.

II Les neurones assurent la propagation des messages nerveux

Dans un centre nerveux, le message nerveux est transmis d'un neurone à un autre au niveau des synapses. Une synapse est une zone de jonction entre un neurone présynaptique et une cellule post-synaptique (un neurone ou une cellule musculaire). Il existe au niveau des synapses, un espace (la fente synaptique) qui ne peut être franchie directement par le message nerveux. Celuic-ci est donc transmis par voie chimique grâce à des molécules de neurotransmetteurs et de manière unie-directionnelle. Ces neuros-transmetteurs se fixent sur des récepteurs spécifiques au niveau de la membrane du neurone post-synaptique. La fixation du neuro-transmetteur peut générer un message post-synaptique de nature électrique.

Dans le cas de la douleur, la fibre cellulaire va libérer deux neurotransmetteurs au niveau de la fente synaptique située dans le corne dorsale de la substance grise de la moelle épinière. Ces deux substance P et le glutamate vont se fixer sur des récepteurs spécifiques situés sur le corps cellulaires des neurones post-synaptique qui remontent vers le cerveau.

La communication nerveuse se manifeste par des combinaisons de signaux électrique constituant des messages. Le mess nerveux au niveau d'une fibre est constituée par une succession de signaux électriques tous identiques. Chaque signal élementaire est un potentiel d'action. La signification du message conduit par un nerf dépend donc du nombre de fibres qui sont en activité d'une part et de l'importance de l'activité (la fréquence dès potentiels d'action) de chaque fibre d'autre part. La communication se manifeste le long d'un neurone par des signaux électriques qui constituent le message.

Un centre nerveux est constituué de substance blanche et de substance grise. Dans la sustance des centre nerveux, on trouve les corps cellulaires des neurones. Chaque neurone possède un ou plusieurs prolongements appelés fibre nerveux constitue la substance blanches des centres nnerveux et les nerfs. Les nerfs sont donc des ensembles de fibres nerveuses.

Le message nociceptif est transmis au cerveau par des fibres nociceptives via la moelle. Les fibres de type nociceptives transmetent le message de la douleur depuis le recepteur (nocicepteur) jusqu'à la moelle épinière. Au niveau de la corne dorsale de la moelle épinière, les fibres sont en contact avec d'autres fibres qui sont à l'origine du faisceau ascendant qui conduit dans la moelle épinière des infos nociceptives vers le cerveau.

Lorsque l'on sectionne les racines posétrieurs du nerf rachidien, l'animal ne ressent plus aucune douleur sur le membre concerné, on peut ainsi conclure que le signal de la douleur passe par les racines postérieures du nerf rachidien. Quand on coupe le nerf rachidien il n'y a ni motricité ni sensibilité donc le message nerveux passe par le nerf rachidien. Le message nerveux passe par la racine ventrale du nerf rachidien.


III Les substances opioïdes agissent sur le contionnement du système de récompense

Doc 3 p 33 : Il y a des récepteurs opioïdes dans le cerveau

Problème : Comment agissent les substances opioïdes sur le cerveau ?

Pour la survie d'une espèce certaines fonctions vitales doivent être maintenus notamment se nourrir et se reproduire. Il existe dans le cerveau des circuits nerveux dont le rôle est de récompenser ces fonctions vitales par une sensation de plaisir. On trouve dans ces zones des neurones à dopamine. Cette cellule est un neuro-transmetteur qui contribue à la sensation de plaisir. Dans le cerveau, la fixation des enképhalines sur les récepteurs opioïdes, des neurones modulateurs (inter neurone inhibiteurs à GABA) provoque la levée d'inhibition qu'ils exercent sur l'activité des neurones dopaminergiques. Par voie de conséquence, cette levée d'inhibition entraîne une secrétion accrue de dopamine qui contribue à la sensation de plaisir. La morphine et ses dérivés de synthèse comme l'héroïne peuvent être à l'origine d'une sesation de plaisir. La génèse de cette sensation résulte de la fixation de la morphine sur les récepteurs opioïdes du cerveau mimant ainsi l'action des morphines endogènes.


Chapitre 2 : La modulation du message nerveux

Problème : Quelles sont les substances qui permettent de moduler le message nociceptif et comment agissent-elles ?

I Le contrôle de la douleur au niveau médullaire

1) Le message nociceptif peut-être modulé par une substance exogène, la morphine.

Pavot : analgésique, héroîne, morphine, opium

La morphine agit au niveau de la membrane du neurone nociceptif médulaire. Elle se fixe sur des récepteurs spécifiques, les récepteurs opioïdes. Elle inhbie l'activité des neurones post-synaptique empêchant ainsi la transmission du message nerveux douloureux. La morphine diminue la fréquence des signaux électrique constitutifs du message nerveux nociceptifs. Le cerveau recoit ainsi un message nerveux moins intense et la sensation douloureuse est diminuée. La morphine agit rapidement mais son effet n'est pas définitif. Après 15 minutes la sensation douloureuse revient progressivement.

Comment expliquer la présence dans notre organisme de récepteurs sp'écifiques à une moléculre d'origine végétale (la morphine).

2) La transmission du message nerveux peut être modulé par des substances endogènes : les enképhalines.

La transmission des messages nerveux peut être modulée par les enképhalines ou morphine endogène. Dans la corne dorsale de la moelle épinière les enképhalines interviennet au niveau des neurones nociceptifs. Elles sont libérées par des inter-neurones spécialisés.
Les enképhalines vont se fixer dans des récepteurs spécifiques (les récepteurs opioïdes) localisées dans la membrane des neurones post-synaptiques. Elles inhibent aussi la transmission des messages nociceptifs vers le cerveau. Les neurones à enképhalines sont stimulés par des neurones qui viennent du cerveau par des voies descendantes. Cees derniers peuvent modifier la libération des enképhalines. Il existe une différence avec la morphine, en effet, les enképhalines sont très rapidement dégradées par notre organisme. La morphine a donc une action analgésique plus intense et prolongé que celle des enképhalines


Trois aspects caractérisent la toxicomanie.
- la dépendance psychologiques ou psychique : elle est caractérisée par l'Etat de manque qui se traduit par le désir oncontrolé de renouveler la prise de drogue. C'est cet état de manque qui est à l'origine de la toxicomanie
- la dépendance physiologique : elle est marquée par l'apparation de troubles et de malaises suite à une privation, c'est le syndrome de sevrage.
- tolérance : c'est la conséquence de l'adaptation de lo'rganisme qui conduit à la nécessité qui conduit à la nécessité d'obtenir la dose de drogue pour obtenir l'effet recherche : cette augementation peut conduire à l'overdose.

La plupar des drogues agissent par des mécanismes différents sur des neurones dopaminergiques du système de récompense du cerveau
- augmenter la libération de dopamine avec les amphétamines et les opioïdes . On peut avoir un blocage du recaptage de la dopamine. Augmente la durée du plaisir.
- substances pouvant imiter l'action de la dopamine
La dépendance aux drogues est un phénmène complexe car il dépend de facteurs physiques, pyschologiques et environnementaux. Ainsi l'arrêt de la prise de drogue nécessité une prise en charge médicale en particulier parce que la dépendance se mainntient des mois voir des années même en l'abesence de dorgue parce qu'il y a mémorisation des associations.

III Les mécanismes de la dépendance

Un consommateur d'héroïne préssente des signes de dépendance et de tolérance.

Quels sont ces signes ? Quelles sont les causes ?

drogue : toute substance naturelle ou synthétique modifiant l'activité mentale qui a donc un effet psychotrope, susceptivle de conduire à un état de dépendance.

toxicomanie : modification du comportement qui consiste à prendre un produit afin de retrouver les effets psychiques qu'il engendre (le plaisir) ou d'éviter les malaises de la privation.

1 - L'injectionde morphine diminue le potentiels d'action par secondes (la fréquence des messages nerveux). Au niveau des nerones post-synaptiques médulaires qui transmettent les messages de la douleur vers le cerveau. La morphine atténue la douleur mais de faàon transitoire.

2- La radioactivité > corne dorsale de la moelle épinière. Ce qui signifique la morphine se fixe ) cet endroit. Il existe des récepteurs à la morphine au niveau de la membrane plasmique du coprs cellulaires des neurones médulaires.

Publié dans Biologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article